Un arbre planté pour chaque kilomètre parcouru • Ecotrail : plant a tree for every km you run

Photo by Emma Simpson

Photo by Emma Simpson

Amoureuse de nature, et adepte du jogging en forêt de Soignes, je reste en admiration à chacune de mes sorties devant une si belle nature, quel que soit la saison et la météo. Cet été lors d’une conversation avec ma voisine, celle-ci me parle du « climate trail » pour lequel elle travaille, par amitié, et par amour de la nature, je décide de m’y inscrire. D’autant plus que je suis fort sensible au réchauffement climatique et à la sauvegarde de la planète, je décide donc moi aussi de contribuer à préserver cette belle nature et je m’inscris au 21 km avec 650m de dénivelé positif avec pour seul objectif de le terminer et que 21 arbres soient plantés. 

Le grand jour arrive, départ donné à 10h précises depuis le village de Herbemont dans les Ardennes, pour les 21 et 42 km, je me sens un peu la touriste-amateur au milieu de ses 700 habitués équipés de gourde, montre, GPS, chrono, bâton… enfin qu’à cela ne tienne, je me lance déterminée et motivée mais quel début à peine couru 5′ que nous voilà face à la 1ère côte raide au milieu d’une forêt de sapins : bouchon. Chacun tente comme il peut d’arriver au sommet, c’est donc un peu serré-collé que chacun se suit pendant 2-3 km, le paysage au milieu des sapins se fait de plus en plus beau et le temps dégagé nous offre des vues incroyables.

Je me surprends : je me sens bien : les montées, les descentes, les cailloux, la boue. Le temps passe, 1er ravitaillement : pas question de m’arrêter, j’attrape un gobelet d’eau et je bois par nécessité quelques gorgées et je reprends mon rythme sans avoir aucune connaissance de mon temps ni de ma vitesse. Le terrain continue à monter fortement mais aussi à redescendre et là je m’en prends à pleine joie et je défoule mes jambes à grandes enjambées.

A chaque ravitaillement (4 au total), un peu plus de trailer à l’arrêt à grignoter quelques fruits, biscuits mais moi je continue ma route, non sans peine mais je me répète dans ma tête que je suis capable ! Mais après le 2ème çà se complique : on nous fait traverser une rivière : j’hésite un instant me disant déjà : « mais comment vais-je courir avec mes chaussures trempées ? » Je n’allais pas m’arrêter là donc je me lance dans l’eau glacée jusqu’à mi mollet et je reprends mon rythme dans une douce montée. La difficulté réelle a commencé après le dernier ravitaillement, pensant même avoir pris la route du 42km mais rassurée par une supportrice me précisant être à 300m de l’arrivée, j’accélère et je franchis l’arrivée fraîche et pleine d’émotion. Surprise d’autant plus grande en découvrant mon temps 2h11 pour 21km avec 650 de dénivelé positif. 

Je me suis nourrie des paysages, du plaisir de courir dans cette nature aussi verte, de m’être dépassée ! J’ai aussi pris encore plus conscience de la nécessité et de l’importance de préserver la planète et que grâce à cette participation (aussi petite soit-elle face à l’étendue de la planète), j’aurai moi aussi contribuer à ma manière à la sauver ... 

Alors vous aussi contribuez à sauver la planète en vous dépassant (en courant ou même en marchant). Découvrez des paysages verts étonnants et participez au prochain ecotrail qui a lieu le 9 septembre à Bruxelles (10, 21, 42 et 80 km).

I'm in love with nature and jogging in the forest: each time I go for a run it hits me how beautiful it is, even when it's raining. This summer, while having a conversation with one of my neighbors, I heard of the« climate trail », one of the projects she's working on. Out of friendship and as a nature lover, I decided to register for the trail. Moreover, I wanted to help preserve our beautiful nature since I'm really sensitive to global warming and the protection of our planet. I enrolled for the 21 km trail: 650 m of positive ascent. Okay, let's do this. Let's focus on the 21 trees that will be planted if I managed to get there.

The big day finally arrived: departure is given at 10 o'clock in the morning from Herbemont in the Belgian Ardennes. I feel like an amateur among the 700 regular runners who seems to have such a heavy equipment: water bottles, watches, GPS, sticks, chronometers, etc. Never mind, I'll do it. Here we go. But what a start: 5 minutes after starting running, we face the first hill. Big congestion. Every runner tries to reach the top, but we're a bit stuck, and so on for the next 2-3 kilometers. But the beautiful landscapes and pine trees forest is getting more and more interesting: clear weather offers incredible views.

Surprisingly, despite going up and down, despite the pebbles and the mud, I feel good. Time flies and I'm already near the 1st refueling station. But this won't be the end of my run: I take some water and drink a few sips. I have no idea what my speed is nor how long I've been running. I'm facing a serious hill again, but then there comes a big downhill, and I take a deep breath to enjoy the moment and to blow off some steam, making great strides to reach the next refueling station. 

At each refueling station (which were 4 in total), there are more and more trailers by the roadside, stopping to eat some fruit or snack. But, again, I can't stop now. It becomes more and more intense, but I keep on telling myself I can do this. But after the second station, things get harder: we have to cross the river. At first, I'm quite reluctant: how am I going to run with soaked shoes? But this couldn't be an obstacle. I throw myself in the ice-cold water, climbing to the other riverside. Real trouble starts after the last refueling station. At some point, I even think I had taken the 42km trail, but a supporter tells me the arrival is only 300m away from where I am, which is kind of comforting. I accelerate my move and cross the finish line full of emotions. And I'm even more surprised when discovering my time : 2h11 for 21 km. Well, this is something to be proud of.

Beautiful landscapes filled my soul. Running in the forest is a real pleasure, and it helps you to overcome your goals. Experiencing this made me aware of the necessity and the importance of preserving the planet. Thanks to this trail, I can be part of those wonderful people that wants to save our planet. Even if it may be considered as a small action, at least I did it.

Whether it's running or walking, try it. Overcoming your goals is a great feeling, and it even feels better when you're saving the planet doing so. You'll discover amazing green landscapes. Take part in the next eco trail of your area!

With love & lemons
#startthechange 🍋💛♻️

Caroline Fobe

Contributrice voyages et nutrition pour The Lemon Spoon,
En savoir plus à propos de Caroline ? C'est par ici !

With love & lemons
#startthechange 🍋💛♻️

Caroline Fobe

Health and travel contributor for The Lemon Spoon,
Want to know more about her ? It's over there !